mardi 30 avril 2013

Mon bouquet de fleurs




                         Je l’ai cueilli un beau jour de printemps

                         Alors qu’il faisait encore beau temps.

                                 Je l’ai cueilli de bon matin

         Alors que toutes les feuilles respirent encore l’air sain !

                                      Lys rouge, lys blanc…

                              Oh ! Que vous êtes dominants !

                              Vert, jaune, fuchsia, bordeaux…

         Tout est bien agencé autour du cou d’un vase plein d’eau !

                               J’ai cueilli ces belles fleurs…

                               Avec amour plein le cœur !

         Pour toi, mon bouquet de vers et mon bouquet de fleurs !

                                   Majdouline Borchani

                                                                                                    
                                             








Tes cheveux, ma princesse



                                Tes cheveux ma princesse,                     

                                       Entre mes doigts, 
                                         
                                            Je les vois

                                 Glisser comme de la soie. 

                           C’est avec finesse et délicatesse

                   Que je manipule les chevelures de ta tresse !

                   Une tresse que j’ai voulue belle et artistique

           Telle une œuvre d’art sortant d’une baguette magique !

                                Ta Maman Majdouline 


samedi 27 avril 2013

Mon éventail Coucher de soleil



Reflet doré d’un rayon lumineux
   
    Traversant  les lamelles plissées
      
        D’un accessoire luxueux

            Mon éventail Coucher de soleil,

                Langage secret des andalouses

                    Séduit les doigts  posés sur un  manche confortable.

                                       Majdouline Borchani

                                                                                       

jeudi 25 avril 2013

La fraise



Fraichement cueillie
Rouge attirante
Appétissante dans la bouche
Inégalée au goût
Suave par son odeur
Elégamment offerte par une main toute fraîche !

              Majdouline Borchani

mardi 23 avril 2013

Les papillons




De toutes les belles choses
Qui nous manquent en hiver,
Qu'aimez-vous mieux ? - Moi, les roses ;
- Moi, l'aspect d'un beau pré vert ;
- Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons ;
- Moi, le rossignol qui chante ;
- Et moi, les beaux papillons !

Le papillon, fleur sans tige,
Qui voltige,
Que l'on cueille en un réseau ;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l'oiseau !...

Quand revient l'été superbe,
Je m'en vais au bois tout seul :
Je m'étends dans la grande herbe,
Perdu dans ce vert linceul.
Sur ma tête renversée,
Là, chacun d'eux à son tour,
Passe comme une pensée
De poésie ou d'amour !

Voici le papillon 'faune'
Noir et jaune ;
Voici le 'mars' azuré,
Agitant des étincelles
Sur ses ailes
D'un velours riche et moiré.

Voici le 'vulcain' rapide,
Qui vole comme un oiseau :
Son aile noire et splendide
Porte un grand ruban ponceau.
Dieux ! Le 'soufré', dans l'espace,
Comme un éclair a relui...
Mais le joyeux 'nacré' passe,
Et je ne vois plus que lui !

II

Comme un éventail de soie,
Il déploie
Son manteau semé d'argent ;
Et sa robe bigarrée
Est dorée
D'un or verdâtre et changeant.

Voici le 'machaon-zèbre',
De fauve et de noir rayé ;
Le 'deuil', en habit funèbre,
Et le 'miroir' bleu strié ;
Voici l''argus', feuille-morte,
Le 'morio', le 'grand-bleu',
Et le 'paon-de-jour' qui porte
Sur chaque aile un œil de feu !

Mais le soir brunit nos plaines ;
Les 'phalènes'
Prennent leur essor bruyant,
Et les 'sphinx' aux couleurs sombres,
Dans les ombres
Voltigent en tournoyant.

C'est le 'grand-paon' à l'œil rose
Dessiné sur un fond gris,
Qui ne vole qu'à nuit close,
Comme les chauves-souris ;
Le 'bombice' du troëne,
Rayé de jaune et de vent,
Et le 'papillon du chêne'
Qui ne meurt pas en hiver !...

Voici le 'sphinx' à la tête
De squelette,
Peinte en blanc sur un fond noir,
Que le villageois redoute,
Sur sa route,
De voir voltiger le soir.

Je hais aussi les 'phalènes',
Sombres hôtes de la nuit,
Qui voltigent dans nos plaines
De sept heures à minuit ;
Mais vous, papillons que j'aime,
Légers papillons de jour,
Tout en vous est un emblème
De poésie et d'amour !

III

Malheur, papillons que j'aime,
Doux emblème,
A vous pour votre beauté !...
Un doigt, de votre corsage,
Au passage,
Froisse, hélas ! Le velouté !...

Une toute jeune fille
Au cœur tendre, au doux souris,
Perçant vos cœurs d'une aiguille,
Vous contemple, l'œil surpris :
Et vos pattes sont coupées
Par l'ongle blanc qui les mord,
Et vos antennes crispées
Dans les douleurs de la mort !...

              Gérard de Nerval

                                                                                    
                                                                          

dimanche 21 avril 2013

Tu veux bien t’asseoir un peu ?




Tu veux bien t’asseoir un peu ?
Comme tu sais, le problème est très important !
Très dur pour nous deux…
Ce qui était entre nous, n’était pas  sculpture sur l’eau…
Mais plutôt quelque chose de Noble et de Majestueux !
Comme le délire du ciel.
Alors comment par un moment de faiblesse
Voulons –nous assassiner  le ciel ?

Tu veux bien t’asseoir juste pour cinq minutes
Tant de choses, et tant de tristesses envahissent le cœur…
Il ne m’est pas  aussi facile d’étouffer les émotions en quelques secondes
Et me débarrasser de ton amour,
Tout un patrimoine de passion, de poésie, de tristesse,
De pain, de sel, de cigarettes et de souvenirs…
Nous cloitre de tous les sens !
Ah ! Si tu mesures un peu  tes décisions…
Comme tu sais, le problème est très important !
Très dur pour nous deux…
                
                            Nizar Kabbeni
                                       (Extrait traduit par Majdouline Borchani)


ألا تجلسين قليلا
ألا تجلسين؟
فإن القضية أكبر منك.. وأكبر مني..
كما تعلمين..
وما كان بيني وبينك..
لم يك نقشاً على وجه ماء
ولكنه كان شيئاً كبيراً كبيراً..
كهذي السماء
فكيف بلحظة ضعفٍ
نريد اغتيال السماء؟
نريد اغتيال السماء؟..
ألا تجلسين لخمس دقائق أخرى؟
ففي القلب شيءٌ كثير..
وحزنٌ كثيرٌ..
وليس من السهل قتل العواطف في لحظات
وإلقاء حبك في سلة المهملات..
فإن تراثاً من الحب.. والشعر.. والحزن..
والخبز.. والملح.. والتبغ.. والذكريات
يحاصرنا من جميع الجهات
فليتك تفتكرين قليلاً بما تفعلين
فإن القضية..
أكبر منك.. وأكبر مني..
كما تعلمين..

            نزار قباني




vendredi 19 avril 2013

Le bonheur c'est ...




Le Bonheur c'est se tenir par la main et  aller loin...

Le bonheur c’est ton regard innocent au milieu des gens
Le bonheur c’est rester l’un à côté de l’autre comme des enfants
Le bonheur c’est un coussin en plumes  sur l’eau d’un fleuve qui passe et qui coule
Le bonheur c'est la pluie qui descend derrière les rideaux.
Le bonheur  c’est baisser la lumière pour faire la paix.
Le bonheur c’est un verre de vin avec un sandwitch.
Le bonheur c’est te laisser un mot dans un tiroir.
Le bonheur c’est chanter à deux voix.

Combien me plait le bonheur !

Ecoute dans l'air il y a déjà notre chanson d'amour qui passe...

Ecoute dans l'air il y a déjà un rayon de soleil qui passe...

Comme un sourire qui a un goût de bonheur…

Le bonheur c’est  un  soir par surprise, la lune allumée et la radio en marche.
Le bonheur c’est un mot doux, plein de cœurs !
Le bonheur c’est un coup de téléphone …
Le bonheur c’est une plage de nuit où bat une vague…
Le bonheur c’est C'est une main sur le cœur  pleine d'amour…

Le bonheur c'est attendre l'aurore pour le faire encore…

                         






dimanche 14 avril 2013

Je t'aime tant



Je t'aime tant
Et je sais que le chemin  vers l’impossible est long
Et je sais que tu es la REINE de toutes les femmes…
Et je n’ai pas d’alternative…
Je sais qu’il  n’y a  de place  ni pour  la nostalgie
Ni pour les plus beaux mots

Que dirais-je à la Dame de mon cœur ?
Je t'aime tant ...

Je t'aime tant  et je sais que je vis en exil
Toi aussi, tu es exilée…
Et entre toi et moi
Vent, brume, foudre, tonnerre, neige et feu !
Je sais que l'accès à tes yeux est une chimère
Et  te parvenir est un suicide…
Et comme je serai heureux de me déchirer
Pour toi, ma chère !
Et si on m’avait demandé un choix
Je t’aimerais pour la deuxième fois !

Oh ! Toi à qui j’ai  tissé la chemise de feuilles d’arbres !
Oh ! Toi que ma patience a protégée  de la pluie !
Je t'aime tant …
Je sais que je voyage, sans certitude, dans l’océan de tes yeux !
Je cours… je cours derrière mes sentiments sans la moindre sagesse…
Oh ! Dame ! Toi qui tiens ma passion
S’il te plait ne me quitte pas !
Je n’aurais pas existé sans ton existence !
Je t’aime tant, trop et beaucoup !

Je refuse de démissionner du feu de ton amour.
Et comment l’avide de ta passion peut-il démissionner!
De ta passion ! Peu importe si je suis mort ou vivant !
                                              Nizar Kabbani

                ( Poème traduit de l'arabe par Majdouline Borchani )



أحبك جداً                         
وأعرف أن الطريق إلى المستحيل طويـل
وأعرف أنك ست النساء
وليس لدي بديـل
وأعرف أن زمان الحنيـن انتهى
ومات الكلام الجميل
...
لست النساء ماذا نقول
أحبك جدا...
...
أحبك جداً وأعرف أني أعيش بمنفى
وأنت بمنفى
وبيني وبينك
ريحٌ
وغيمٌ
وبرقٌ
ورعدٌ
وثلجٌ ونـار
وأعرف أن الوصول لعينيك وهمٌ
وأعرف أن الوصول إليك
انتحـار
ويسعدني
أن أمزق نفسي لأجلك أيتها الغالية
ولو خيروني
لكررت حبك للمرة الثانية
...
يا من غزلت قميصك من ورقات الشجر
أيا من حميتك بالصبر من قطرات المطر
أحبك جداً
...
وأعرف أني أسافر في بحر عينيك
دون يقين
وأترك عقلي ورائي وأركض
أركض
أركض خلف جنونـي
...
أيا امرأة تمسك القلب بين يديها
سألتك بالله لا تتركيني
لا تتركيني
فماذا أكون أنا إذا لم تكوني
أحبك جداً
وجداً وجداً
وأرفض من نــار حبك أن أستقيلا
وهل يستطيع المتيم بالعشق أن يستقلا...
وما همني
إن خرجت من الحب حيا
وما همني
إن خرجت قتيلا

 نزار قباني

أيظن






             
أيظن أني لعبة بيديه؟
أنا لا أفكر في الرجوع إليه
اليوم عاد كأن شيئا لم يكن
وبراءة الأطفال في عينيه
ليقول لي : إني رفيقة دربه
وبأنني الحب الوحيد لديه
حمل الزهور إلي .. كيف أرده
وصباي مرسوم على شفتيه
ما عدت أذكر .. والحرائق في دمي
كيف التجأت أنا إلى زنديه
خبأت رأسي عنده .. وكأنني
طفل أعادوه إلى أبويه
حتى فساتيني التي أهملتها
فرحت به .. رقصت على قدميه
سامحته .. وسألت عن أخباره
وبكيت ساعات على كتفيه
وبدون أن أدري تركت له يدي
لتنام كالعصفور بين يديه ..
ونسيت حقدي كله في لحظة
من قال إني قد حقدت عليه؟
كم قلت إني غير عائدة له
ورجعت .. ما أحلى الرجوع إليه ..

نزار قباني  
                                                                                             

jeudi 11 avril 2013

L'Iris




Je t'apporte un iris cueilli dans une eau sombre
Pour toi, nymphe des bois, par moi, nymphe de l'eau,
C'est l'iris des marais immobiles, roseau
Rigide, où triste, oscille une fleur lourde d'ombre.

J'ai brisé, qui semblait un bleu regard de l'air,
L'iris du silence et des fabuleux rivages; 
J'ai pris la tige verte entre mes doigts sauvages 
Et j'ai mordu la fleur comme une faible chair.

Les gestes et les fleurs, ô sereine ingénue,
Parleront pour ma bouche impatiente et nue,
Où brûlent mes désirs et l'espoir de tes mains:

Accueille ici mon âme étrangement fleurie
Et montre à mes pieds par quels obscurs chemins
Je mêlerai ta honte à ma vaste incurie.

                       Pierre Louýs

samedi 6 avril 2013

Vis le moment à son moment...


    

   Si tu ne vis pas ce moment à ce moment là, il faut que tu attendes le moment suivant pour revivre ce moment à ce moment là ...
           Jean-Claude Vandamme
              

vendredi 5 avril 2013

Poésie et musique



"Poésie et musique sont les suprêmes délices des choses. Elles sont le bouquet de toutes les connaissances." 
                                         Georges Clemenceau

jeudi 4 avril 2013

Mais la fleur n’en finissait pas de se préparer à être belle...




   J’appris bien vite à mieux connaître cette fleur. Il y avait toujours eu, sur la planète du petit prince, des fleurs très simples, ornées d’un seul rang de pétales, et qui ne tenaient point de place, et qui ne dérangeaient personne. Elles apparaissaient un matin dans l’herbe, et puis elles s’éteignaient le soir.
   Mais celle-là avait germé un jour, d’une graine apportée d’on ne sait où, et le petit prince avait surveillé de très près cette brindille qui ne ressemblait pas aux autres brindilles. Ça pouvait être un nouveau genre de baobab. Mais l’arbuste cessa vite de croître, et commença de préparer une fleur. Le petit prince, qui assistait à l’installation d’un bouton énorme, sentait bien qu’il en sortirait une apparition miraculeuse, mais la fleur n’en finissait pas de se préparer à être belle, à l’abri de sa chambre verte. Elle choisissait avec soin ses couleurs. Elle s’habillait lentement, elle ajustait un à un ses pétales. Elle ne voulait pas sortir toute fripée comme les coquelicots. Elle ne voulait apparaître que dans le plein rayonnement de sa beauté. Eh ! Oui. Elle était très coquette ! Sa toilette mystérieuse avait donc duré des jours et des jours. Et puis voici qu’un matin, justement à l’heure du lever du soleil, elle s’était montrée.
                     Antoine de Saint-Exypéry : Le petit prince