vendredi 11 août 2017

La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile


   La plus grande partie  de la souffrance humaine est inutile. On se l’inflige à soi-même aussi longtemps que à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.
   La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est.
   Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le émotionnel, c’est une forme de négativité. L’intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d’identification au mental. Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s’en échapper.
   Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l’énoncer ainsi : PLUS ON EST A MEME DE RESPECTER ET D’ACCEPTER LE MOMENT PRESENT , PLUS ON EST LIBERE DE LA DOULEUR , DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.


            Eckharat Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent

samedi 5 août 2017

Comment m’accepter tel que je suis ?



    Qu’est ce qu’alors l’acceptation ? Cela veut dire prendre, recevoir de bon cœur, admettre en profondeur. Il peut être difficile de s’approuver soi-même alors que l’on aimerait tant être différent : mais pour développer l’estime de soi, il est vital de partir de la réalité et de s’accepter soi-même en totalité. S’accepter cela signifie se voir tel que l’on est dans l’instant présent et s’autoriser à être. Comme le dit Popeye dans sa grande sagesse : «  Je sais ce que je suis et rien de plus. » Et cela suffit amplement pour l’instant.
S’accepter signifie se regarder et se voir, intérieurement et extérieurement, sans se juger. Cela équivaut à méditer sur soi, à s’observer de façon objective.


Susanna Mc Mahon, Le psy de poche

jeudi 3 août 2017

Fais-toi, à toi-même ce que tu voudrais que les autres te fassent


« Fais-toi, à toi-même ce que tu voudrais que les autres te fassent. » C’est là le cœur de l’apprentissage de l’estime de soi.  A partir du moment où vous faites cela, le paradoxe joue et il devient plus facile de «  Faire aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent ». […]
Prenez conscience de votre valeur, sachez que la nature humaine- notamment la vôtre – est bonne et que vous méritez d’être aimé. Apprenez la pardon, et l’acceptation, et détachez-vous. Vous en profiterez vous-même et tout le monde autour de vous en profitera. Ne faites passer les autres avant vous que momentanément, à long terme, c’est vous d’abord. Vous méritez de retenir votre propre attention. Vous êtes capable de vous combler.


Susanna Mc Mahon

lundi 31 juillet 2017

Quand vous avez quelques minutes de libre

Exercice
Quand vous avez quelques minutes de libre, particulièrement le soir, juste avant de vous endormir et le matin, juste après vous être réveillé et avant de vous lever, inondez votre corps de conscience.
Fermez les yeux. Etendez-vous à plat dos. Choisissez différentes parties de votre corps pour tout d’abord y centrer brièvement votre attention : les mains, les pieds, les bras, les jambes, l’abdomen, la poitrine, la tête, etc. Ainsi intensément que vous le pouvez, sentez d’abord l’énergie vitale dans ces parties du corps, en restant environ quinze secondes sur chacune d’elles.
Puis laissez votre attention parcourir à quelques reprises tout votre corps à la manière d’une vague, des pieds à la tête, et vice-versa. Cela ne prendra qu’une minute environ. Sentez ensuite votre corps énergétique unique. Maintenez votre attention sur cette sensation durant quelques minutes.
Pendant toute la durée de l’exercice, soyez intensément présent dans chaque cellule de votre corps.
Ne vous inquiétez pas si le mental réussit de temps en temps à attirer votre attention sur autre chose que le corps et si vous  vous perdez un peu dans vos pensées. Dès que vous le remarquez, dirigez de nouveau votre attention sur le corps énérgétique.

                Eckharat Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent



Qu'est-ce qui se passe en moi en ce moment ?


Exercice
Prenez l'habitude de vous poser la question suivante :" Qu'est-ce qui se passe en moi en ce moment ?" Elle vous indiquera la bonne direction. Mais n'analyser pas. Contentez- vous d'observer.Tournez votre attention vers l'intérieur, soyez encore plus profondément attentif à votre champ énergétique, à l'intérieur du corps. C'est la porte d'accès à l'Etre.



Eckharat Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent

lundi 17 juillet 2017

Mais l’amour est aussi un état

   L’amour ! Pour la plupart d’entre nous, l’amour est une expérience merveilleuse, sublime, presque mystique. Mais l’amour est aussi un état et, comme tous les états, tous les résultats, il est engendré par une série de mesures spécifiques, de stimuli, que nous percevons ou que nous nous représentons d’une certaine manière. Quand vous tombez amoureux, vous vous associez à tout ce que vous aimez chez quelqu’un et vous vous dissociez de tout ce que vous n’aimez pas. Tomber amoureux est parfois une sensation extrêmement violente et perturbante parce que ce n’est pas une sensation équilibrée. Vous ne faites pas la part entre les qualités et les défauts d’une personne pour voir si le bilan est positif ou négatif. Vous êtes totalement associé à quelques éléments de sa personnalité que vous trouvez grisants. Vous n’avez même pas conscience à ce moment-là du moins, de ses « défauts ».


                         Anthony Robbins, Pouvoir illimité

vendredi 30 juin 2017

La pensée positive est facteur d’ouverture mentale


La pensée positive est facteur d’ouverture mentale.

Exercice 1

   Vous avez besoin d’une feuille de papier et de quoi écrire. Mettez-les de côté pour le moment mais gardez-les sous la main.
   Lorsque vous êtes prêts, je vous invite à étudier le dos de votre main. A quel point, précisément, connaissons-nous notre main ? Jetez à présent un coup d’œil sur la vôtre. Faite l’inventaire de ce que vous apercevez : la texture et la couleur de votre peau, la topographie de vos os et de vos veines, la forme de chacune de vos phalanges. Prenez une minute ou deux pour simplement étudier cette partie de vous-même. Faites en sorte de la connaitre comma jamais auparavant.
   A présent, prenez votre stylo et votre papier, et faites la liste de ce que vous voulez faire à cet instant. Supposez que vous avez une demi-heure devant vous, libre de toute contrainte ou urgence.       Revenez sur le sentiment que vous éprouvez en observant le dos de votre main, puis écrivez ce que ce sentiment vous donne envie de faire.
Vous avez votre liste ? Bien. Pour le moment, mettez-la de côté.
                                  -------------------------------------
Passons maintenant à quelque chose de différent.

Exercice 2

   Lorsque vous êtes prêts, je vous invite à revivre un moment joyeux de votre vie, un moment où tout se passait bien et il vous était quasi impossible de retenir un sourire.
 Vous rayonnez, tout simplement. Installez-vous dans cette émotion pour quelques instants, en imaginant tous les aspects de votre environnement et de vos sensations. Laissez ce sentiment positif prendre de l’ampleur. Appréciez-le comme vous ne l’avez jamais fait. Puis reprenez papier et stylo. Faites une nouvelle liste. Que vous donne envie de faire ce sentiment de joie et de bien être ? De nouveau supposez que vous avez une demi-heure devant vous à l’abri de toute exigence. Prêtez attention au sentiment que vous éprouvez en revivant cette joie et notez tout ce qu’il vous donne envie de faire.
  Vôtre deuxième liste est prête ? Bon. Maintenant, comparez. Dénombrez les idées qui vous sont venues après avoir étudié le dos de votre main. Comparez-les avec celles qui vous sont venues après avoir évoqué un souvenir heureux. Quelles est la différence ?
Si vous ressemblez à la plupart des gens, la liste « positive » est sûrement plus longue. C’est ainsi notamment que la psychologie positive influence notre ouverture d’esprit. Elle fait appel en nous à un champ élargi de possibilités et nous fait voir ce que nous ne percevons pas d’ordinaire – et certainement pas sous influence négative.


                            Barbara Fredrickson, Mieux vivre grâce à la pensée positive