lundi 16 octobre 2017

في لحظة العطش اللعين


في لحظة العطش اللعين
صدحت موسيقى أبواب بيتي
 تعزف ألحان الأمل
في غفوة الروح الكليلة
لاحت ضخات سحب النفس السخية
تسقي حدائق مورقات مزهرات
تعلن ميلاد القبل
في غفلة الزمن العليل
كانت مرايا النفس
تعلن خجل الحب المكين
تعلي أصوات البلابل في الخلل
والملل والنحل
أخفيت خلفي باقة من ورد نفسي
نضدتها بأناملي المشتاقة للأمل
في رمشة العين السخية
كانت لحظة الشعر البينية
هل أفتح أبواب نفسي في اشتياق
هل تستبد مخاوفي بي
في غد من العشق قد كلّ
وملّ 
   ظلت الأبواب تطرح ألف سؤال وسؤال
هل ترى أفتح أم ألقي السلام وأكتفي
وأرتحل!!!


د. أسمى الجموسي عبد الناضر

                                              
                                                 لوحة للرسام البريطاني شارل هاي وود 
 
                                              Tableau du peintre britannique Charles Haigh Wood   


samedi 14 octobre 2017

Notre vision du monde est à l'origine de notre façon de penser et d'agir


    "Chacun de nous a en tête un grand nombre de cartes classables en deux catégories: celles qui retracent les choses telles qu'elles sont et celles qui les représentent telles qu'elles devraient être. Nous interprétons tout ce que nous vivons au moyen de ces deux types de cartes mentales. Cependant, nous mettons rarement en question leur véracité, et le plus souvent nous ne sommes pas conscients de leur existence. Nous supposons que le monde est, ou doit être, comme nous le voyons.
Notre attitude et notre comportement ne sont alors que des conséquences de ces suppositions: notre vision du monde est à l'origine de notre façon de penser et d'agir."
   
                                              Stephen R. Covey


vendredi 11 août 2017

La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile


   La plus grande partie  de la souffrance humaine est inutile. On se l’inflige à soi-même aussi longtemps que à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.
   La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est.
   Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le émotionnel, c’est une forme de négativité. L’intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d’identification au mental. Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s’en échapper.
   Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l’énoncer ainsi : PLUS ON EST A MEME DE RESPECTER ET D’ACCEPTER LE MOMENT PRESENT , PLUS ON EST LIBERE DE LA DOULEUR , DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.


            Eckharat Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent

samedi 5 août 2017

Comment m’accepter tel que je suis ?



    Qu’est ce qu’alors l’acceptation ? Cela veut dire prendre, recevoir de bon cœur, admettre en profondeur. Il peut être difficile de s’approuver soi-même alors que l’on aimerait tant être différent : mais pour développer l’estime de soi, il est vital de partir de la réalité et de s’accepter soi-même en totalité. S’accepter cela signifie se voir tel que l’on est dans l’instant présent et s’autoriser à être. Comme le dit Popeye dans sa grande sagesse : «  Je sais ce que je suis et rien de plus. » Et cela suffit amplement pour l’instant.
S’accepter signifie se regarder et se voir, intérieurement et extérieurement, sans se juger. Cela équivaut à méditer sur soi, à s’observer de façon objective.


Susanna Mc Mahon, Le psy de poche

jeudi 3 août 2017

Fais-toi, à toi-même ce que tu voudrais que les autres te fassent


« Fais-toi, à toi-même ce que tu voudrais que les autres te fassent. » C’est là le cœur de l’apprentissage de l’estime de soi.  A partir du moment où vous faites cela, le paradoxe joue et il devient plus facile de «  Faire aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent ». […]
Prenez conscience de votre valeur, sachez que la nature humaine- notamment la vôtre – est bonne et que vous méritez d’être aimé. Apprenez la pardon, et l’acceptation, et détachez-vous. Vous en profiterez vous-même et tout le monde autour de vous en profitera. Ne faites passer les autres avant vous que momentanément, à long terme, c’est vous d’abord. Vous méritez de retenir votre propre attention. Vous êtes capable de vous combler.


Susanna Mc Mahon

lundi 31 juillet 2017

Quand vous avez quelques minutes de libre

Exercice
Quand vous avez quelques minutes de libre, particulièrement le soir, juste avant de vous endormir et le matin, juste après vous être réveillé et avant de vous lever, inondez votre corps de conscience.
Fermez les yeux. Etendez-vous à plat dos. Choisissez différentes parties de votre corps pour tout d’abord y centrer brièvement votre attention : les mains, les pieds, les bras, les jambes, l’abdomen, la poitrine, la tête, etc. Ainsi intensément que vous le pouvez, sentez d’abord l’énergie vitale dans ces parties du corps, en restant environ quinze secondes sur chacune d’elles.
Puis laissez votre attention parcourir à quelques reprises tout votre corps à la manière d’une vague, des pieds à la tête, et vice-versa. Cela ne prendra qu’une minute environ. Sentez ensuite votre corps énergétique unique. Maintenez votre attention sur cette sensation durant quelques minutes.
Pendant toute la durée de l’exercice, soyez intensément présent dans chaque cellule de votre corps.
Ne vous inquiétez pas si le mental réussit de temps en temps à attirer votre attention sur autre chose que le corps et si vous  vous perdez un peu dans vos pensées. Dès que vous le remarquez, dirigez de nouveau votre attention sur le corps énérgétique.

                Eckharat Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent



Qu'est-ce qui se passe en moi en ce moment ?


Exercice
Prenez l'habitude de vous poser la question suivante :" Qu'est-ce qui se passe en moi en ce moment ?" Elle vous indiquera la bonne direction. Mais n'analyser pas. Contentez- vous d'observer.Tournez votre attention vers l'intérieur, soyez encore plus profondément attentif à votre champ énergétique, à l'intérieur du corps. C'est la porte d'accès à l'Etre.



Eckharat Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent